• Transmission

    Nos bras enseraient nos deux corps, multiples et moites, jusqu'à étouffement, la douleur, acide et douce, alors que sa bouche avalait mes bras, mes jambes, l'Esprit, entièrement.

    Et Madrid était belle dans l'obscurité lumineuse de la nuit. Les pieds parcouraient les rues piétionnes et je goutais à la plénitude avec Elle, absurdité d'avoir rencontré un esprit similaire, miroir, ici-même. Les lieux interchangeables se dessinaient et les corps se faisaient voluptueux, Cheap & Cheerful, les bras se tendaient vers deux deux, sur scène, aura sensuelle indescriptible, bouffées de chaleur au creux du ventre, sous l'emprise de l'alcool.

    Je décelais alors, fondue dans des draps qui n'étaient pas les miens, la tête enfouie derrière les cheveux couleur d'automne, Lui m'observant, d'en haut, son sourire me donnant envie de lui arracher les lèvres, je percevais l'horloge invisible qui hurlait, à l'arrière du crâne, à l'infini. Nous nous serions plus fort afin de pallier le joug imperceptible du Temps et je touchais au sublime, implorant l'arrêt immédiat des minutes s'écoulant, hâtives. Pleurant l'impossibilité d'un acte divin.

    Nous nous projetions et cela brulait intérieurement, et voir son corps ainsi livré, je ressentais le besoin inaltérable de le mordre et de le frapper jusqu'à sang, tout en lui hurlant qu'il ne pourrait jamais s'arracher à moi-même. Malgré tout.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :