• Digitalism

    Et les portes à peine entrouvertes se sont refermées, claquant dans un énorme coup de vent brusque et inattendu.

    Alors que nous baisions, au sens vulgaire et proprement animal du terme, mes yeux lançaient des éclairs de dégoût, envers lui, moi, envers le non-sens total et invisible, collant à la peau. Les langues jouaient faiblement, proposant un lien autre, intime celui-ci, détaché de la férocité qui nous enserrait. Voir la bobine se dérouler était ridicule, absurde, mais je ne pouvais détourner ma bouche de ses épaules, y laissant des traces, prouvant je-ne-sais-quoi, comme celles de mes bras que je regarde avec volupté, y passant la fine courbe de mes doigts.

    Il prononçait mon prénom, comme un appel ultime afin de nous raccrocher, une attache vaine et désespérée. Volubile. Et la crispation de ses traits, finalité triste et morbide, ma tête posée sous la sienne, ses mains caressant mes cheveux, nos odeurs mêlées ensemble, nos regards, perdus les uns dans les autres. Au fond.

    Je t'aime.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :